Fête nationale.

Le jour de la fête nationale, les gens sont heureux.

Les rires, les verres et la bouffe se mélangent aux hommes facilement.

« Les habitants de l’extérieur » reçoivent, boivent, trinquent entre eux et oublient…

Et puis, la scène vibre. Les voix volent jusqu’à nos oreilles et la foule en furie bouge de gauche à droite!

C’est un mouvement collectif. Instantané. Contagieux. Hystérique.

En soit, c’est le genre de truc que tu n’vois pas souvent…

Alors, tu t’lances, et tu te dis : MERDE. Aujourd’hui, c’est beau.

J’ai vu des couples s’aimer davantage,

Des animaux poser pour des photos et courir les rues.

J’ai vu les arbres valser au rythme du vent et des mélodies,

Des enfants heureux d’rester plus longtemps dehors, comme les grands.

Tout est oublié. C’est un peu comme si les problèmes n’avaient jamais existé et que, pour une journée (pas une de plus),  l’amour et la bonne humeur doivaient guider nos pas.

J’ai découvert des caractères inimaginables, des personnes fantastiques, des choses inconnues…

J’ai regardé le ciel qui ne pleurait pas et les couleurs : noir, jaune, rouge passer au-dessus de ma tête…

Et là, j’me suis dis : Que ça dure. Que rien ne cesse.

 

 

 

– Image: Ici.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s